Notes d’intention du compositeur

La mise en musique d’ « Eva pas à pas » : une orchestration de l’imaginaire.

1-les personnages

Le texte que nous propose Catherine Pierre commence par une entrée en matière très narrative, la musique y présente thématiquement, avec le narrateur, les personnages vivants (thème d’Eva, thème de la grand-mère Hannah) mais aussi des personnages non vivants mais très présents (thème de l’appartement Montmartrois d’Hannah, thème de la mystérieuse boîte).

D’un thème à l’autre, La musique accompagne le narrateur de manière ininterrompue, soulignant ce très bel appel à la curiosité.

2-le rêve

Au milieu du conte, se produit un basculement brutal et inattendu dans un monde onirique, dans lequel Eva, qui n’a jamais voyagé, imagine des danses chinoises, orientales, indiennes et africaines qu’elle n’a pourtant jamais vues. Transposées dans l’univers des sons, ce sont les musiques de ces danses qui seront passées au philtre de cet imaginaire enfantin par le biais de l’orchestre classique qui va s’approprier leurs composantes rythmiques, mélodiques, et instrumentales.

Mon univers musical a souvent consisté à me glisser dans d’autres esthétiques, et à en reproduire l’émotion par une écriture savante, je me propose de retrouver, par des mixtures orchestrales, la vibration d’instruments traditionnels tels que le koto, le oud, le cythar ou la cora.

3-la danse

Etant aussi pianiste accompagnateur de danse au conservatoire de Paris, le lien avec la danse me touche de près. Il n’y a évidemment rien de dansé sur scène dans « Eva pas à pas », mais l’utilisation très poussée des mouvements entre les masses et les solistes dans l’orchestre (notamment avec les cordes), me permet de donner l’illusion d’un corps de ballet.